Royal Monastère de Santes Creus
Explorer
Reial Monestir de Santes Creus

Introduction

La visite du Royal Monastère de Santes Creus permet de découvrir un monastère qui se distingue par le fait de suivre fidèlement la structure architecturale conçue par Bernard de Clairvaux pour le monastère de Clairvaux au XIIe siècle.

La caractéristique de cette architecture est sa soumission aux exigences de la vie monastique. Les espaces sont conçus pour accomplir une fonction spécifique et sont aménagés de sorte à faciliter au maximum la vie simple de ses habitants, déterminée par des normes qui régissent les travaux et les horaires et définissent l’isolement. 

Les moines cisterciens vivant à l’écart du monde, le monastère présente une enceinte, dénommée clôture, où sont aménagés tous les espaces essentiels à la vie du moine, au point qu’en passant par les différentes salles, il est possible de redécouvrir leurs règles de vie. En outre, la disposition de ces dépendances à Santes Creus se caractérise par un suivi très fidèle du plan idéal de saint Bernard.

Toutefois, le monastère n’est pas un élément isolé. La communauté entretient habituellement des rapports avec les habitants de ses domaines féodaux, pour des affaires découlant de l’administration de ses propriétés, de la perception de rentes ou pour rendre justice. De plus, le lien féodal obligeait les vassaux à utiliser certains services, comme le moulin, le four ou la forge, dont le monastère détenait l’exclusivité. Dans ce cas, il y avait une forge dans le complexe monastique et deux moulins à farine dans les alentours. Par ailleurs, les préceptes de l’ordre établissaient l’obligation d’accueil, notamment de pèlerins, qui arrivaient à Santes Creus attirés par les reliques de Marie Madeleine, un culte qui connut une grande popularité aux XIVe et XVe siècles.

    

L’espace pour développer ces fonctions inclut deux autres zones, situées en dehors de la clôture. La première, ouverte à tout le monde, accueillait la conciergerie, la paroisse et les services. La deuxième, dont l’accès était restreint, était l’espace de relation des moines avec l’extérieur ; c’est ici que se trouvaient l’hôtellerie et les dépendances de gestion.

Si ces structures répondent aux règles cisterciennes, Santes Creus nous réserve néanmoins quelques surprises. Son lien avec la maison royale en fait un lieu exceptionnel. Les monarques souhaitant faire de Santes Creus un lieu majestueux pour accueillir le panthéon royal, des styles y furent introduits qui s’opposent à l’austérité cistercienne. C’est ce qui explique le contraste entre la simplicité de l’église et la sculpture des tombeaux et du cloître ou entre les vitraux des nefs latérales et ceux de la baie gothique de la façade. Les rois imposèrent leur critère au-delà des normes de la communauté. C’est ainsi, dans cet élan d’innovation, que fut bâti à Santes Creus le premier cloître de style gothique de toute la Couronne d’Aragon.

S’il est vrai que les monarques utilisèrent le cloître et les tombeaux royaux pour exprimer leur pouvoir, nous trouvons à différents endroits de l’espace des détails architecturaux et sculptés de différentes époques qui témoignent du pouvoir que le monastère maintint jusqu’à sa disparition au XIXe siècle.



Logo

© Departament de Cultura 2018 Agència Catalana del Patrimoni Cultural